• Régulateur aux enchères

    Avant-hier, j'ai remporté aux enchères en ligne ce magnifique régulateur. Moui, il fait un peu peur, on le croirait sorti d'un manoir victorien hanté. Ce sera donc la perfection pour mon futur bureau-bibliothèque à l'anglaise ! Celui-ci est encore loin d'être conçu, mais j'ai déjà la pendule (rires!).
    Ce que je dis, c'est qu'il faut profiter des occasions quand elles se présentent, car parfois elles sont extrêmement rares. Voici donc ce régulateur, obtenu pour la modique somme de CHF 95.-. Une broutille pour un si bel objet!
    Il se trouve à Olten, à 115 kilomètres de chez moi. J'irai donc le chercher ce soir... en train, puisque je n'ai pas de voiture. Il mesure quand même 90 centimètres de haut, j'espère que ça ira !
    regulator-junghans
    Si cela vous intéresse, pour plus d'informations, je laisse Wikipedia s'exprimer :
    Le terme de régulateur a été utilisé à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle pour désigner une horloge destinée à donner une heure de référence, en particulier pour régler ou mettre à l'heure d'autres horloges, montres ou pendules. Le terme de garde-temps est aussi utilisé. Il est en effet très difficile et très long de régler une pendule à l'aide d'un cadran solaire, ou même avec le canon du jardin du Palais Royal si on habitait Paris. Ce sont en général des horloges de parquet, avec un balancier battant la seconde, c’est-à-dire d'un mètre (oscillation de 2 secondes).

    Ces horloges étaient ce que l'on savait faire de plus précis, mis à part les Horloges de Marine dont le prix était bien plus élevé. La précision atteignait la seconde par jour dès la fin du XVIIIe siècle. Ces horloges se trouvaient chez les horlogers et dans les grandes maisons aristocratiques ou bourgeoises. Dans ce dernier cas, elles étaient richement habillées par des ébénistes.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :