• Aujourd'hui, j'ai trouvé l'affreuse motivation de démonter mon fourneau. Jusqu'ici, je trouvais toujours un motif pour repousser cette tâche criminelle, car j'adore vraiment ce beau "meuble". Mais hélas, comme je ne pouvais pas fixer le montant métallique pour soutenir le cadre de la porte en bois (qu'on voit à gauche), j'ai bien dû me résoudre à ce crime. Même si ce poêle sera remonté dans la cuisine dans quelques temps (mois? années?), ça me rend extrêmement triste. D'autant plus que, des 8 fourneaux ou cheminées de l'étage, c'était l'un des deux seuls qui fonctionnait (les autres étant pour la plupart de la déco).
    20131116_141959
    Pour commencer mon ignoble oeuvre, je numérote soigneusement chaque élément grâce à trois indicateurs : la lettre indique la face (arrière, gauche, droite, devant), le deuxième chiffre concerne la ligne (1 étant la base et 7 étant le haut du fourneau) et enfin le troisième indique l'emplacement de la faïence sur la ligne (en partant de 1 à gauche). A considérer que ce fourneau reste longtemps au grenier, il me faut une méthode efficace et précise pour le reconstituer.
    20131116_144114
    Ouiiiin! Je préfère ne pas trop le regarder et me dépêcher avant que le soleil ne se couche, car il n'y a pas d'éclairage sur la mezzanine du grenier et il est déjà 14h30.
    20131116_151609
    Tiens, des tuiles ont été utilisées pour la construction de l'intérieur du fourneau, en guise de briques réfractaires. Amusant !
    20131116_150227
    Je prends des photos à chaque stade, afin de bien me souvenir de l'emplacement des matériaux pour la reconstruction. Mais tout tombe en poussière, les briques s'effritent... pas étonnant, à 150 ans d'âge !
    20131116_160006
    Je m'arrête là pour aujourd'hui car il fait trop sombre à 17h00 pour y voir quoi que ce soit au grenier. Je ne m'arrête pourtant pas en si bon chemin et fixe le montant métallique pour ma porte... en prenant toujours soin de vérifier, au niveau à bulles, sa parfaite position. Et tant qu'à faire, je tube le mini fourneau qu'on voit derrière. Il est juste là de manière provisoire pour cet hiver car c'est le seul qui fonctionne.
    20131116_181234
    Quelle drôle d'allure, après quelques heures de démontage (en robe, bien évidemment) !
    20131116_170927
    La suite à venir demain. En attendant, je sors de la douche et cette suie - très tenace - n'est pas complètement partie ! J'ai encore les mains toutes noires !

    votre commentaire
  • En trois jours, la pièce a littéralement changé de visage ! Hier soir, j'ai terminé de démonter mon fourneau. La dernière étape était la base, qui était comme constituée de petites niches :
    20131117_215039
    Ô surprise, dans l'une d'elles, j'ai trouvé du papier journal roulé en boule, portant la date de 1934 ! Le fourneau n'a donc pas été installé lors de la construction de la maison, en 1859, mais plus tard. Autre possibilité : il a été déplacé du salon, où le sol portait les marques d'un ancien gros fourneau.
     
    Extraits choisis d'anecdotes relatées dans ce journal :
     
    La dernière tache de neige sur le versant sud de Chasseral vient de disparaître. Ainsi, la prédiction caustique et tout à fait spirituelle de ce paysan qui disait à fin mai  : "Je crois bien que l'hiver va passer l'été avec nous cette année" ne s'est heureusement pas réalisée.
     
    Le gendarme Logos a arrêté quelques jeunes aventuriers qui faisaient un petit tour de Suisse... privé sur des vélos... volés!
     
    Un citoyen retraité a passé sous un char de foin et a eu quelques côtes et une épaule cassées.
     
    Et voici une histoire de chèvre; pas celle de M. Seguin ! Attachée à un piquet, en plein soleil, une pauvre chèvre a tellement souffert de la chaleur et a été tellement martyrisée par les insectes qu'elle a entortillé son licol et qu'elle s'est débattue jusqu'à ce qu'un étouffement s'en suivît !
     
    20131117_234724
    Snif, il ne reste plus rien !
    1453546_346412155503051_1528412730_n
    Quand on veut démonter quelque chose, on a toujours une certaine idée (souvent fausse) du volume de gravats que cela représente. Il faudrait toujours évaluer ce volume en exagérant, puis en multipliant par trois ! Voici le tas de gravats que j'ai  sortis de mon fourneau. Plus rien n'est exploitable, pas même les briques qui tombent en poussière. Je ne veux même pas penser à l'évacuation de cela... j'en aurais des sueurs d'avance.
    20131117_234807
    Ne m'arrêtant pas en si bon chemin, j'ai (presque) fini le montage de ma paroi (reste le petit coin en haut à droite).
    20131118_223321
    De l'autre côté, en revanche, c'est encore loin d'être fini. Mais je dois d'abord faire passer les gaines électriques avant de songer à refermer le mur.
    20131116_141959
     
    C'est 23h00, je n'ai pas volé ma petite pause ! Bonne nuit à tous !

    votre commentaire
  • Forte de mon expérience du salon, je m'attaque à nouveau aux soubassements... de la salle à manger cette fois.

    Les matériaux de base sont simples : panneaux de bois (préférence du contreplaqué au massif qui a tendance à travailler plus facilement), plaques de pavatex pour les "faux panneaux intérieurs" (afin de donner du relief à l'ensemble) et des cimaises synthétiques. Here we go !

    Début du chantier des soubassements. Mouais, on ne peut pas dire que ça ressemble à grand-chose pour le moment...

    20131122_193002
    Les futurs soubassements, pour l'instant sous forme de planches brutes.
    20131122_193015
    Voici le premier que j'ai fait hier soir. Il ne manque plus qu'un coup de peinture (d'abord un primaire d'accrochage!) pour que la supercherie de ces matériaux 100% modernes soit dissimulée.
    20131122_222812
    Et une toute autre activité qui m'attendra pour les longues soirées d'hiver, quand j'aurai du chauffage. Car là il fait au  mieux 16 degrés dans les pièces chauffées avec mes petits radiateurs, rendant la station assise prolongée particulièrement frigorifique. J'ai nommé la dorure à la feuille ! Je me réjouis de commencer !
    20131122_222627

    1 commentaire
  • La suite...

    Montage des cimaises et des plaques de pavatex, sur des planches solidement chevillées aux murs.

    Pose de pâte à bois pour masquer les têtes de vis. Quelle tête... j'ai un coup de barre énorme mais cela doit être fini pour demain, pour que je puisse peindre!

    Les soubassements sont prêts pour la peinture !

    Pose du primaire d'accrochage et apparition d'un petit souci étonnant : vu les 15.5 degrés de la pièce (toujours pas de chauffage; chaudière normalement mise en route aujourd'hui), la peinture est très très épaisse. Difficile de l'étaler correctement.

    22h30 : Un repas bien mérité ! Comme la température de la pièce m'est pénible, je décide de souper assise par terre, le dos calé contre le radiateur d'appoint.

    Les mimis, pas tellement plus réchauffés que moi, me soutiennent moralement par leur présence sur le chantier ;-)


    votre commentaire
  • J'ai reçu hier une jolie paire de boutons de porte, chinés sur eBay. Pour changer, j'ai privilégié ce modèle ovale, plutôt qu'une poignée traditionnelle. Il s'insère absolument parfaitement dans ma porte et fonctionne très bien ! Un magnifique achat !


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Je crois que je suis vraiment une maniaque des miroirs!! Mais plutôt que d'en faire fabriquer un d'une pièce, comme ce fut déjà le cas pour la chambre à coucher, le couloir et le salon, je décide de poser des carreaux (clin d'oeil à la galerie des glaces de Versailles) de chaque côté de la porte afin de rendre le mur un peu moins "borgne".

    Même si c'est un premier test, je trouve le rendu très sympa et ce trompe-l'oeil agrandit encore l'espace !

    Je trouve que Banzaï a très bien réussi à se positionner pour être sur la photo (perché sur mes pieds) !

    Une belle perspective qui rallonge encore cette enfilade !

    Sur ce dernier post de la semaine, je vous dis "à lundi" car je pars demain pour Paris afin de chercher des belles moulures en staff pour la salle à manger ! (n'en peut plus d'impatience !!!)


    votre commentaire
  • De retour en Suisse depuis deux heures à peine, je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager en photo mon petit séjour à Paris, dont le but était d'aller acheter des moulures pour ma salle à manger actuellement en travaux ! Pile 500 kilomètres... il en faut de la motivation !
     
    Arrivée en train à 10h08 à Paris avec mon meilleur ami (et camarade de ce voyage). 10h30 : prise de possession de la chambre d'hôtel, au sixième étage - 87 marches à gravir dans un étroit escalier en colimaçon, sans ascenseur. 10h50 : arrivée à la boutique pour l'achat des moulures en plâtre, que le vendeur a eu la gentillesse de bien conditionner pour le transport. Contente aussi de me débarrasser des 1013 euros qu'elles valent, car je n'aime pas transporter de grosses sommes. Petit pincement au coeur, au passage, en me disant que certaines personnes ont cette somme-là pour vivre tout un mois :-/
     
    Le volume des colis n'est pas aussi important que je le pensais, mais c'est très lourd ! Inutile dire que la montée des six étages (en deux fois), a été très laborieuse ! 
    20131130_112719
    Toutefois, à peine dans la chambre, impossible de ne pas céder à la curiosité : je déballe quelques cartons afin d'admirer mes belles moulures. Ici, le haut du cadre. En-dessous, le bas du cadre :
    20131130_114907
     
    20131130_113249
    Le tourisme peut commencer ! Comme il fait beau, nous décidons de nous promener au cimetière du Père Lachaise (Père de La Chaise, confesseur de Louis XIV).
    20131130_150646
    Les arbres ont encore des feuilles, on se croirait en automne ! Chez moi, il y a 10 centimètres de neige ! Petit retour dans le temps, on en profite !
    20131130_150256
    Brrr, elle fait peur celle-là !
    20131130_152832
    Afin de gagner du temps et de profiter des vues de la ville, nous nous déplaçons en taxi. Nouvelle étape, le Musée de la vie romantique dans l'ancienne maison du peintre Ary Scheffer où Georges Sand et des meubles + objets qui lui ont appartenu sont très présents.
    20131130_173711
    On ne le voit pas sur les photos, mais ces chandelles possèdent une flamme animée très réaliste. Ce sont elles qui m'ont donné l'idée d'en installer pour mon salon (le conservateur du musée, miraculeusement présent un jour où je visitais le musée, m'a indiqué où les acheter !).
    20131130_175208
    Sur la place Vendôme, petit bonjour à Napoléon 1er avant d'arpenter le marché de Noël sur les Champs Elysées.
    20131130_192044
    Le lendemain, la visite obligée de Versailles ! Une mine d'inspiration pour les techniques de dorure et de moulures. Les décors ne m'inspirent toutefois pas : reproduits dans une maison comme la mienne, ça serait surchargé et ridicule. Je suis plutôt tentée par la délicatesse et la sobriété (si on peut dire) du petit Trianon. Ici, moi côté cour...
    20131201_115752
    ...puis côté jardin, au Hameau de la Reine Marie-Antoinette :
    20131201_163341
    Retour à la maison où je déballe mes paquets avec la même frénésie qu'à l'âge de dix ans, quand j'ai reçu le jardin d'hiver de Barbie pour Noël. Quelle pauvre qualité de photo! Mais voici l'idée :
    20131202_211605
    J'ai aussi trouvé, au Bazar de l'Hôtel de Ville, cette petite "patte à glace" Louis XVI pour orner l'intersection de mes futurs miroirs de la salle à manger. Mille fois hélas, il ne restait plus que le modèle d'explosition, que j'ai mis dans ma poche quand j'ai su que le modèle ne serait plus disponible. A peine rentrée à la maison, je l'ai trouvé sur un site de vente en ligne. Ouf !
    20131202_211637
    Sur ce, je vais défaire ma valise et me coucher... la journée a été bien remplie ! Demain, installation des moulures murales, youpi !!

    votre commentaire
  • En avant la pose des moulures !! A la différence de celles que j'ai posées jusqu'à présent, celles-ci sont en plâtre véritable, comme ça se faisait à l'époque! La "colle" est en fait une espèce de plâtre-colle. Le montage est un jeu de patience et de détail... un peu salissant.


    votre commentaire
  • Après quelques temps de silence (tellement occupée entre les soupers et autres réunions de fin d'année), me revoici assidûment à pied d'oeuvre. Jusqu'ici, faute de temps, je n'ai travaillé qu'à des bricoles sans intérêt. Mais je reviens en ce début de semaine avec diverses tâches.

    Tout d'abord, avec le rafraîchissement de ce petit bout de mur en plâtre. Le pauvre en avait bien besoin : le plâtre était mou comme de la guimauve, car il s'est décollé de sa base de planches en bois, avec le temps. J'enlève donc tout ça.

    La base est nette, débarrassée de ses clous et petits bouts de plâtre.

    La technique consiste à appliquer des panneaux de placoplâtre, vite fait, bien fait :

    Puis une première couche de joints, pendant que le jour tombe...

    Enduit de lissage un peu plus tard, alors qu'il fait carrément nuit ! Un coup de ponçage tout fin et ce mur est prêt.

    En attendant que mon mur sèche, j'effectue le raccord entre le mur porteur de gauche et les plaques de placo :

    Je pose aussi un ruban spécial pour placo destiné à consolider le joint entre deux couches de plâtre :

    Résultat une fois sec : un joli angle droit afin de masquer le raccord !

    La pose des moulures de plâtre, quant à elle, se poursuit. En raison des joints, il est un peu malaisé pour l'oeil de les discerner :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique