• Bienvenue dans le salon, le chantier numéro 3, qui a aussi été le plus important. Je vous expliquerai dans cette catégorie la métamorphose de cette pièce, étape par étape et en images. Mais tout d'abord, quelques points clé :

    • Durée des travaux : 1 année et 1 mois
    • Etapes principales : construction d'une maquette de projet à l'échelle 1:100, démolition de 2 murs non porteurs, construction d'un nouveau mur en placo (comprenant 1 cheminée décorative chinée à Paris, 2 encadrements de portes, 1 manteau de cheminée décoratif en placo et de son insert en fausses briques), démontage puis remontage du plafond (2 petites pièces réunies en une seule = hauteurs de sols et plafonds différentes), pose d'un ciel de plafond en staff, ajout d'un point électrique pour lustres du plafond, décapage thermique (une éternité!), pose de voile de rénovation, démontage des anciens parquets puis pose d'un parquet XIXème chiné sur Internet dans une maison en rénovation, réparation des trous dans les murs, fabrication d'un miroir biseauté sur mesure, pose de baguettes murales et de corniches décoratives, fabrication de nouveaux soubassements, peinture, couture de 6 rideaux et débarras de centaines de kilos de gravats  (sans compter quelques crises d'asthme et nombre d'heures de ménage).
    • Coût des matériaux et fournitures : CHF 7465.-
    • Coût de la déco (lustres, meubles, tissus, miroirs, etc.) : CHF 5200.-

     

    AVANT...

    20120902_181647 
    ab 

    ...APRES

    10421178_449074911903441_8392891747372504875_n   

    Je vous souhaite une bonne découverte des travaux réalisés dans cette pièce !


    20 commentaires
  • La chambre et le couloir étant à peu près terminés, j'ouvre un nouveau chantier : le salon! Actuellement, je n'ai qu'un minuscule salon où l'on tient à peine à 6 personnes (en rajoutant des chaises, hum!), mais après ça devient compliqué. Je profite donc d'avoir deux petites pièces (d'environ 10 mètres carrés chacune) pour les réunir en cassant la mince paroi entre les deux.

    Vue d'un côté (c'est le mur avec la porte bleu ciel qui va partir) :
    20120310_084342
     
    ab
    Et vue de l'autre (la paroi qui disparaîtra est celle de droite :
    20120902_181647
    Première tâche afin de donner plus de luminosité, le détapissage! J'avais toujours l'impression, en regardant ce papier peint, qu'en le fixant allait apparaître un dauphin en 3D (comme sur ces posters à effets d'optique). Cette tapisserie était à la mode il y a quelques décennies et n'était pas du tout à mon goût. Pourtant, à force de la déprécier, j'avais fini par bien l'aimer quand même. Toutefois, elle me conforte dans mes idées : ce qui est moderne se démode très vite. Alors autant miser sur un style classique ;-)
    20120902_195040
    Heureusement pour moi, cette tapisserie se décolle assez facilement. Hélas, comme j'en ai désormais pris l'habitude avec les pièces précédentes, il y a des surprises dessous : de grosses zones à replâtrer. Bouh :-(
    20121125_180425

    votre commentaire
  • Le cassage d'un mur a, semble-t-il, toujours été une espèce de mythe où l'on s'imagine frapper joyeusement à grands coups de masse pour se détendre et tout fracasser. Avec cette paroi, ça n'était pas tellement le cas! Il a fallu enlever d'abord, de chaque côté du  mur, tout le lattis et le plâtre (qu'on voit encore en haut à gauche). C'était plutôt un démontage méticuleux.

    20120905_204217
    La tapisserie retient le plâtre de tomber, ce qui est très pratique pour l'évacuation car il y a moins de gravats partout.
    20120905_212739
    Un coup de perceuse avec une grosse mèche dans la paroi et il est désormais facile d'y glisser la lame de la scie-sauteuse. C'est parti pour le découpage des planches!
    20120905_221713
    Une fois les planches dégagées, je m'attaque à la porte, solidement coincée en étau entre les deux parquets.
    20120905_230152
    Surprise pour l'autre partie du mur! Celle-ci n'est plus en bois mais en pierre (en raison de l'ancien poële qui était appuyé contre, il y a des années de cela). Démontage à la masse.
    20120906_193356
    Plus de mur, mais des kilos de gravats à déblayer! La cheminée qu'on voit ici est au bio-éthanol et sera transportée dans la cuisine en attendant la fin des travaux.
    20120906_194210
    Seul vestige de l'ancienne paroi, une saignée dans le mur et au plafond. Autre chose à prévoir : l'électricité. On ne peut pas dire que le lustre soit très bien centré... et c'est le seul de toute la pièce (il n'y a pas de point électrique dans l'ancienne pièce de gauche).
    20120906_194258
    Voilà désormais la surface du futur grand salon.
    20120910_230825

    votre commentaire
  • Pour mon malheur, après avoir cassé le mur, j'ai la confirmation d'une crainte que j'avais dès le début : les plafonds et les sols ne sont pas au même niveau! Pour le sol on verra plus tard, mais pour les plafonds, il faut que j'en rabaisse un d'environ 4 centimètres. Je n'ai aucune espèce d'idée de comment on fabrique un plafond, alors je décide de copier la méthode employée pour celui qui est le plus bas : un cadre en bois et des panneaux de pavatex fixés dessus. C'est parti!

    Grâce à ce super pied de biche offert pour mon anniversaire par ma meilleure amie, j'enlève le plafond le plus haut, à savoir celui en plâtre. C'est une catastrophe à chaque fois que j'y touche, car une souris y a élu domicile et j'ai des crises d'asthme épouvantables à cause des rongeurs. Et ces petits masques de protection blancs ne sont pas très utiles... J'y vais donc petit à petit et toutes fenêtres ouvertes (j'ai eu la chance, à cette occasion, d'apercevoir la mignonne souris brune, locataire imprévue qui rend mes chats fous quand ils l'entendent courir sous le plafond).

    20120923_113751
    La souris doit se demander ce qui se passe!
    20120921_211755
    Ici on voit nettement la différence de hauteur entre les deux plafonds, sur la droite.
    20120926_221121
    Un essai laborieux et infructueux pour élever une plaque de pavatex au plafond
    20120929_122956
    Voilà, grâce à ce lève-plaque acheté sur Ricardo.ch en Allemagne, c'est nettement plus facile! Le pavatex étant une matière extrêmement dure, je ne peux pas visser la plaque simplement au cadre de bois que j'ai fixé sur les poutres. Il faut d'abord fraiser des trous dans la plaque, à l'aide d'une défonceuse, pour que les têtes de vis ne soient pas apparentes. Dans le doute, je leur applique aussi une couche d'antirouille, car le métal pourrait réagir avec la peinture (j'ai eu le cas pour des clous, alors on apprend de ses erreurs!).
    Quand j'y repense, je ne sais pas comment ces astuces me viennent à l'esprit... je n'ai jamais fait ça de ma vie. Il faut croire que j'ai "la bricole dans le sang".
    20121102_164448
    Gauche : pavatex posé. Droite : ancien plafond de plâtre, d'ailleurs tout fissuré.
     
     
    20121103_113222
     
    Qui dit "réunification de deux pièces" dit aussi "repenser les points électriques". Si j'avais laissé en l'état, le lustre auraité été complètement décalé par rapport au milieu de la nouvelle pièce (voir plus haut). J'ai donc décidé d'ajouter un deuxième emplacement pour fixer un deuxième lustre. C'est l'électricien qui s'en est chargé, car il ne faut pas rigoler avec l'électricité! C'est la seule chose que je ne fasse pas moi-même.
    20121109_195429
    La besogne la plus inintéressante et la plus fatiguante : faire les joints entre les plaques (avec du calicot pour que le plâtre ne se fissure pas). Plâtrer, calicotter, poncer, plâtrer, poncer... jusqu'à un résultat lisse. Un supplice pour les bras!
    20121118_130828

    votre commentaire
  • Le moment tant attendu de la peinture a donné un réel coup de neuf à cette pièce. On ne dirait plus, désormais, que c'en était deux différentes. Par la suite, j'ai prévu d'habiller le plafond avec des moulures et des rosaces, ce qui fera un peu "diversion" face aux petites imperfections qui subsistent malgré tout. Plâtrier, c'est un métier!

    plafond

    votre commentaire
  • Internet, mon terrain de chasse favori, m'a permis de dénicher cette merveilleuse et délicate cheminée parisienne en marbre blanc (250 euros sur www.leboncoin.fr). Je suis allée la chercher en voiture avec ma meilleure amie et elle a traversé toute la France pour être rapatriée chez moi, en Suisse. La voiture frottait presque par terre à cause du poids! Maintenant elle est bien au chaud dans ma cave, en attendant que les travaux du salon avancent, à l'exception du fronton à coquille qui est à l'étage et que je ne cesse de contempler... un peu comme un fétiche. Je ferai installer un foyer traversant, de manière à pouvoir admirer le feu simultanément depuis la salle à manger et depuis le salon. Il faudra également un autre placage de cheminée pour la salle à manger... mais pour ça on verra, j'ai le temps!
     
    Ici, la cheminée avant le démontage, chez ses précédents propriétaires.
     
    522774_4403238011054_1361098249_n

    votre commentaire
  • Comme je ne pouvais plus tenir (ras-le-bol de plâtrer depuis des jours!), j'ai commencé à poser du voile de rénovation avant que tous les murs ne soient finis. Mais c'est assez symptomatique de ma façon de faire : ainsi, je peux poursuivre chaque morceau du chantier, à différents stades, en fonction de mes envies. Parce que n'exécuter qu'une seule tâche pendant plusieurs jours d'affilée, puis pareil pour la suivante, ça m'assomme. Aujourd'hui, j'ai donc posé du plâtre à certains endroits, du fixateur pour plâtre à d'autres, du voile de rénovation et fait un peu de décapage thermique et de ponçage (boiseries).

    259493_4680184094533_2114044768_o

    votre commentaire
  • Le mur que j'ai démoli passait au beau milieu du futur salon. J'ai donc dû oeuvrer avec force pour unifier l'ensemble, car il restait une large saignée entre les deux anciennes pièces. Situation initiale, après le cassage de la paroi :

    20120916_101638
    Nettoyage de la saignée et des éléments friables
    20120916_123102
    Plâtrage en cours
    20120917_213350
    Le soubassement traversé par le mur était difficilement réparable (différence de hauteur et de profondeur). J'ai donc démonté et remplacé le tout par un tasseau et du contreplaqué.
    20121118_162614
    Arrachage des anciens panneaux. De la poussière antique, toujours de la poussière antique et pas de trésor en vue ! Dans une si vieille maison, il doit bien y en avoir quelque part !?
    20121230_140508
    Préparation du tasseau qui coiffe le soubassement. J'ai reproduit la bordure décorative à l'identique grâce à un petit coup de défonceuse :
    20121230_150755
    Montage de la plaque et du tasseau.
    20121230_153603
    Un nouveau panneau tout neuf et un mur rénové. Il n'y a plus qu'à peindre !
    20121230_152813

    8 commentaires
  • La prochaine grosse étape consiste à doter la maison d'un parquet (et pas d'une espèce de plancher de ferme comme ici). Le fait d'avoir abattu le mur entre deux pièces révèle des différences de hauteurs de sols et de matières (moquette et plancher). Tout est à enlever. Regardez la zone rectangulaire insolite au milieu de la photo, à gauche : il y avait là un ancien fourneau!
     
    20130113_151136
     
    Mon idée de départ n'a jamais été d'installer un parquet neuf. Je voulais que la maison reste "dans son jus" 19ème et ne suis pas de celles qui apprécient le mélange du moderne et de l'ancien. Aussi, je suis partie en chasse sur des sites d'annonces en France, car le choix des matériaux élégants est plus vaste qu'en Suisse (le patrimoine culturel n'est pas le même!). Mais les problèmes de logistique refroidissaient les vendeurs, même si j'organisais le transport. C'est finalement sur Anibis.ch que j'ai trouvé mon futur parquet ! Il fait 20 mètres carrés, pile la dimension qu'il me faut. Toutefois, je me ferai aider par un professionnel (en fait un menuisier) pour le poser.
     
    Voici ma petite merveille, c'est une aubaine d'avoir pu dénicher ce genre de parquet !! J'avais le même dans mon appartement de Couvet, quand j'étais encore locataire, et j'avais toujours admiré ce parquet. Secrètement, il me manquait un peu et il me rappellera les belles années passées là-bas.
     
    iKtSw0MvJkKUEr7Ce8VyXw_2

    1 commentaire
  • En ce troisième jour de migraine, voici une petite tâche facile à réaliser au coin du feu : la conception d'un cache-radiateur pour le salon. En fait, il m'en faudra trois pour cette pièce-là. Je les répliquerai peut-être pour les autres pièces.

    Le motif arrondi du bas est repris d'après la silhouette du foyer de ma future cheminée (voir 2ème photo). Par une heureuse coïncidence, il sera exactement à la même échelle.

    Plan en jpg
    522774_4403238011054_1361098249_n

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique